Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Sommeil et mémoire, une relation fructueuse !

Sommeil et mémoire, une relation fructueuse !

Le 21 novembre 2016

La formation et le stockage des souvenirs fait intervenir l'hippocampe et la plasticité neuronale - l'hippocampe communique, grâce à ses neurones, avec toutes les zones du cerveau où se sont formés les souvenirs et d'autre part, il les stocke, comme pour les protéger, au moins temporairement.

Par la suite, le stockage permanent résulte de l'activation régulière du souvenir, il est consolidé par la remémoration, d'une part, et d'autre part, par la phase paradoxale du sommeil qui renforce ce phénomène de mémorisation.

Comment ?

Durant la phase de sommeil paradoxal, l'activité cérébrale fait appel aux traces de souvenirs de nos actes de la journée, et ce rappel joue comme une réactivation qui elle-même, empruntant les mêmes chemins neuronaux, renforce le souvenir qui s'est créé dans la journée.

Ce sont  des phénomènes observables via des expériences qui ont été menées par des neuroscientifiques et des neuropsychologues, grâce notamment à l'IRM fonctionnelle mais aussi par l'observation du comportement animal.

Cela étant, ces observations ne nous disent pas comment jouent l'appareil psychique et les émotions dans la sélection des souvenirs que nous conservons dans notre mémoire consciente et ceux que nous refoulons. Cela relève du domaine de la psychanalyse et peut-être traité en psychothérapie.

Néanmoins, les applications de ces découvertes sont nombreuses, notamment en terme d'apprentissage. Ce qui était constaté hier est aujourd'hui démontré : vous pouvez utilement écouter/lire vos cours avant de dormir, il n'en seront que mieux mémorisés.